MENU

Pourquoi je me suis spécialisée dans les Portraits de Femmes

 

 

Pour faire bien son travail il est important d’être en accord avec, d’avoir une affinité. On doit aimer ce qu’on fais pour être à 100% dedans.

C’est le cas pour moi en étant photographe de portraits de femmes.

 

 

Mais pourquoi cette spécialisation?

Récemment en discutant avec une autre photographe, je parlais de cette spécialisation, en expliquant comment ça se passait et ce que je voulais offrir aux Femmes qui venaient me voir au studio.

Interloquée, elle m’a demandé “mais pourquoi cette spécialisation?”

Eh oui pourquoi?^^

C’est vrai que j’aurais pu m’orienter dans la photographie de nouveau-né par exemple.

Je ne m’étais jamais vraiment posé la question.

Ça faisait juste écho en moi.

Réaliser des portraits pour les femmes était important, je voulais les faire se sentir belle et bien dans leur peau.

(Il faut savoir que je suis également photographe de couples et de mariages, j’ai donc deux activités communes et à la fois différentes. Je sépare les deux car je les vois différemment. Ce que j’ai à offrir d’un côté sera différent de l’autre. J’aime photographier l’amour donc je suis partie dans cette voie là et photographie des amoureux^^ Je veux aider la Femme à se sentir en accord avec elle-même, je lui ai dédié une offre rien que pour elle).

 

 

“Je comprends très bien ce que peut ressentir une femme mal dans sa peau.”

 

 

Pourquoi les portraits de femmes?

En cherchant un peu dans mon passé, j’ai finis par trouver ce qui me motivait dans cette volonté de vouloir aider les femmes. Pourquoi je voulais ces sessions à visée thérapeutique principalement.

J’ai longtemps hésité à en parler. Hésité parce que c’est personnel et je ne savais pas si ça avait ça place ici. J’ai commencé à rédiger des choses, à me filmer même, puis j’ai tout effacé. Je voulais trouver les bons mots et raconter mon histoire de la bonne façon.

Ce qui m’a convaincue, c’est que cette histoire est l’essence même de pourquoi j’ai choisi cette spécialité.

De pourquoi je veux vous offrir de beaux portraits de vous, et de faire en sorte que vous vous aimiez. Et je pense qu’il est important de partager ça avec vous.

 

Une spécialisation en portraits de femme, Priscillia Hervier, photographe clermont

 

Le début de l’histoire.

Je pense qu’il faut remonter à mes années collège (ça remonte mine de rien^^).

Un gars de ma classe à passé une année entière à me dire chaque jour combien j’étais moche.

Dur à entendre pour l’ado de 13/14 ans que j’étais et qui était trop timide pour répondre quoi que ce soit. Alors j’ai encaissé tout ça sans rien dire et mine de rien je commence à m’interroger sur mon physique.

En parallèle de ça, les magazines pour ados que j’achetais à l’époque, parlait de comment maigrir, des aliments qui font grossir, de calories… (Avec le recul je trouve ça hallucinant!)

Je mets toutes ces infos dans ma tête et bêtement je commence à appliquer deux trois trucs sans aller forcément plus loin. Mais je commence déjà à penser “calories”.

Ce n’est qu’au lycée que c’est parti en “live”.

C’est après une déception amoureuse que tout a commencé. Histoire banale sans doute…

Le garçon en question m’a totalement ignoré du jour au lendemain.

Alors j’ai eu besoin d’exister! Je pense que oui, je voulais qu’il voit que j’existais.

J’ai inconsciemment commencé un régime “à la con” (oui faut le dire). C’était inconscient parce que je ne me rendais pas compte du mal que je me faisais, je n’étais pas dans l’optique de maigrir. J’étais juste mal.

Sans m’étaler plus dessus tout ça, j’ai finis par ne plus être en accord avec mon corps. Je me sentais mal de le voir chaque jour dans la glace. Je n’en voulais plus.

 

 

La guérison

J’ai finis par avancer, et évoluer grâce à un homme. Qui est devenu mon mari aujourd’hui. Petit à petit je suis sortie de cet enfer.

J’ai aussi entamé des études de diététique et j’ai eu mon bts. Même si je n’en ai pas fais mon métier ça m’a aidé.

Bien que mon titre soit “la guérison” je pense qu’on ne guérit jamais vraiment de cette maladie.

Car oui j’ai été malade. L’anorexie mentale est une maladie. J’ai mis longtemps à admettre que j’en ai souffert.

Aujourd’hui je peux enfin poser un nom sur ce mal. Le recul fait que j’en prends conscience.

Il y a toujours quelque chose qui fait qu’on se replonge dans le passé, dans cette période, dans ces souvenirs, ces sensations,…

 

Une spécialisation en portraits de femme, Priscillia Hervier, photographe clermont

 

 

Ma motivation:

Quand une femme me dit “je ne suis pas belle, “je suis grosse” ou encore “tu ne peux pas comprendre, t’as pas de problème de poids toi !”…. Ça me fait mal.

Parce que je connais cette sensation et que je comprends ce que cette femme ressent. Et je ne le souhaite à personne.

Je me suis donc donné comme défi d’aider ces femmes.

C’est la raison pour laquelle je vois vraiment ces sessions photos comme aide thérapeutique.

Je sais d’expérience ce que ça apporte de se sentir enfin bien dans son corps, pour sa vie de couple, sa vie professionnelle, en société…

 

Entendre une femme vous dire qu’elle se trouve belle sur ses photos, la voir s’émerveiller devant ses portraits, les larmes aux yeux, vous remercier…. Alors qu’en arrivant elle ne savait pas si vous alliez pouvoir “faire quelque chose”.

C’est une sacrée victoire!

 

 

C’est ça que je veux vous offrir! Une nouvelle vision de vous. 

 

 

 

 

 

 

 

Comments

Wow, cet article est criant de vérité, j’ai vécu la même chose et je trouve que tu décris très bien cette expérience. Très bon article, continues sur cette voie tu es faite pour ça ! 🙂
eh puis “J’aime photographier l’amour” est la plus belle phrase de ton article, elle te défini très bien c’est beau ! ♥

Merci Samantha 🙂

Add Your Comment

CLOSE